Décès maternels : comment les prévenir ?

Publiée 02 avril 2021

infographie patients 

58% des décès maternels potentiellement évitables

Les maladies cardiovasculaires et les suicides sont désormais les premières causes de morts maternelles. C’est ce que révèle la dernière enquête publiée par l’Inserm et Santé Publique France. La majorité des décès maternels étant évitables, les auteurs du rapport proposent plusieurs améliorations du parcours de soin.

Il s’agit de la 6e Enquête nationale confidentielle sur les morts maternelles (ENCMM). Sur la période 2013-2015, elle comptabilise 262 décès maternels (survenus au cours de la grossesse ou jusqu’à un an après l’accouchement), soit un ratio de mortalité maternelle de 10,8 décès pour 100 000 naissances vivantes. Ce ratio est stable depuis 2010, et situé dans la moyenne européenne.

Plus d’un décès maternel sur deux pourrait être évité

Parmi les enseignements majeurs de l’enquête, outre le fait que les maladies cardiovasculaires et les suicides arrivent désormais en tête des causes, il faut noter que les hémorragies obstétricales, pour la première fois, ne sont plus la première cause de mortalité maternelle. Leur fréquence a été divisée par 2 en 15 ans, grâce à une meilleure prise en charge par la communauté obstétricale.
L’enquête souligne que 58% des décès maternels sont considérés comme « évitables » ou « peut-être évitables » grâce à l’amélioration de la prévention, des soins et de l’organisation des soins.

Les principales causes de décès :

  • 14% maladies cardiovasculaires
  • 13% suicide
  • 11% embolies amniotiques
  • 9% thrombo-embolies veineuses
  • 8% hémorragies obstétricales


Quant aux inégalités de mortalité maternelle, elles restent inchangées. L’âge et l’obésité sont des facteurs de risques, tout le comme le lieu de résidence (le ratio est plus élevé dans les DOM et en Ile-de-France), le pays de naissance (la surmortalité est particulièrement marquée pour les femmes nées en Afrique subsaharienne) et le contexte socio-économique.

Des pistes pour éviter des décès maternels

Constitué de gynécologues-obstétriciens, anesthésistes-réanimateurs, sages-femmes, spécialistes de médecine interne et épidémiologistes, le Comité national d’experts sur la mortalité maternelle a élaboré de nombreuses pistes de prévention, notamment à destination des professionnels de santé. En voici quelques-uns :

• Sortir de la sphère obstétricale lors de l’examen de la femme enceinte : auscultation cardiaque, examen mammaire, recherche d’antécédents psychiatriques et d’addictologies, dépistage d’une vulnérabilité psychosociale…
• Renouveler l’interrogatoire sur la santé mentale tout au long du suivi prénatal et en post-partum.
• Prendre en compte une dyspnée récente, qui s’aggrave, tout particulièrement pendant la fin de la grossesse et en post-partum. Elle doit évoquer une complication cardiaque.
• Retarder la sortie de suites de couches en cas de doute sur un trouble anxieux ou dépressif et organiser un suivi à domicile, en lien avec le médecin traitant.



Contactez-nous

La Médicale propose des solutions d'assurances dédiées aux professionnels de la santé : Responsabilité Civile Professionnelle, Prévoyance, Multirisque Professionnelle mais aussi Santé, Auto, Habitation, Assurance Emprunteur... Quelle que soit votre activité, découvrez l'ensemble des offres de La Médicale pour vous couvrir aussi bien dans votre vie professionnelle que privée.

×

Notre politique de collecte de données

La Médicale et ses partenaires utilisent des cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à établir des statistiques de visites.
Les données seront conservées 13 mois à des fins de statistiques (mesure d'audience, d'analyse, et d'amélioration de l'expérience utilisateur).
Vous pouvez à tout moment donner ou retirer votre consentement à l'installation des cookies par finalité, dans les paramètres.

Charte de l'internaute

Tout accepter Tout refuser
×

Paramétrer les cookies

Un cookie est un fichier déposé sur votre navigateur, quand vous accédez à certains sites web.
Les cookies aide à reconnaître les préférences d'un internaute en se basant de sa précédente visite sur ce même site.

Un cookie ne contient pas et ne recueille pas d'informations, mais il est lu par le serveur du navigateur.
La lecture permet de garder en mémoire la navigation de l'internaute.
Voici le contenu général des cookies stockés dans la mémoire du navigateur :


  • le nom du serveur d'où le cookie a été envoyé ;
  • la durée de vie du cookie ;
  • une valeur unique permettant de différencier les sessions et qui permet de reconnaître un ID, quand il revient sur le site.

Charte de l'internaute

Cookies de fonctionnement (obligatoires)

Les cookies techniques de l'espace client garantissent le bon fonctionnement du site et permettent d'accéder aux espaces réservés et personnels, de mettre en œuvre les mesures de sécurité.

Durée de conservation : 13 mois

Liste des responsables : La Médicale, Celuga

Liste des destinataires : La Médicale

Cookies de mesure d'audience

AT Internet peut déposer des cookies permettant d'obtenir les statistiques de fréquentation du site (nombre de visites, pages les plus visitées, ...).

Durée de conservation : 13 mois

Liste des responsables : AT Internet

Liste des destinataires : La Médicale

Cookies des réseaux sociaux

Twitter, Facebook, Linkedin et Tumblr peuvent déposer des cookies qui retracent les interactions depuis l'espace client avec les modules sociaux (Twitter, Facebook, Linkedin et Tumblr).

Durée de conservation : 13 mois

Liste des responsables : Les réseaux sociaux

Liste des destinataires : Les réseaux sociaux