« Notre profession est vraiment sous tension ! » Dr Serge Fournier, président du Conseil national de l’Ordre des chirurgiens-dentistes

Publiée 12 avril 2021

Alors que depuis la fin-mars, les chirurgiens-dentistes peuvent administrer et prescrire les vaccins anti-covid, le président de l’institution ordinale dresse un premier bilan des conséquences de l’épidémie pour le secteur de la chirurgie dentaire.

Entretien 


La Médicale : Il y a un an, la France connaissait son premier confinement. Comment l’Ordre a-t-il réagi ? Quelle a été la conséquence de la crise sanitaire sur l’activité des chirurgiens-dentistes ?

Dr Serge Fournier : Pendant le premier confinement, l’Ordre a lancé un appel historique à la mi-mars 2020. J’ai demandé solennellement à l’ensemble des cabinets dentaires des territoires français de fermer. Pour une seule raison : l’épidémie en France se développait rapidement et les cabinets dentaires, à l’époque, n’avaient pas de moyens de protection. Cet appel a été entendu et les cabinets ont fermé en masse. Parallèlement, nous avons mis en place en 48h, par le biais des conseils de l’Ordre régionaux et départementaux, un système de permanence des soins pour gérer les urgences dentaires. Dans la foulée, nous avons créé un n° vert national pour que les patients puissent accéder plus aisément à ce service et ainsi continuer à recevoir des soins courants.


A la veille du premier déconfinement, sur les réseaux sociaux, la campagne « dentiste à poil » où des chirurgiens-dentistes ont posé quasi nus pour alerter sur le fait qu’ils manquaient d’équipements de protection individuels face au Covid a marqué les esprits. La profession a-t-elle pu, depuis, reprendre son activité en sécurité ?

Dr Serge Fournier  : Aujourd’hui, les chiffres sont bons. Nous avions repris l’exercice la deuxième semaine du mois de mai 2020 avec une grosse angoisse en matière de protection. Mais il faut reconnaître que le ministère a joué son rôle en mettant à disposition une dotation de masques FFP2 que les chirurgiens-dentistes allaient retirer dans la pharmacie la plus proche. De notre côté, nous nous sommes organisés pour pouvoir donner un kit de protection à chaque chirurgien-dentiste. Ensuite, à partir du moment où nos fournisseurs habituels ont pu se réapprovisionner, la profession a pu se fournir elle-même. 

Et, quand elle le pouvait, a partagé une partie de son matériel avec les autres professionnels de santé… 

Dr Serge Fournier : Oui, cette période de pandémie si particulière a aussi généré un grand élan de solidarité entre tous les soignants, libéraux et hospitaliers. Lorsque nos cabinets étaient fermés, nombre de chirurgiens-dentistes sont spontanément allés apporter les équipements de protection dont ils n’avaient pas l’utilité à leur conseil de l’Ordre départemental pour que les soignants en première ligne puissent en bénéficier.


Comment les cabinets dentaires travaillent-t-ils aujourd’hui ? 

Dr Serge Fournier :  En suivant les recommandations de bonnes pratiques édictées notamment par la Haute Autorité de Santé, avec le concours de l’Ordre et de la communauté scientifique. Elles sont draconiennes. Il faut aérer le cabinet un quart d’heure entre chaque patient, décontaminer les surfaces… ce qui prend bien sûr beaucoup de temps et génère un épuisement professionnel tant au niveau des praticiens que du personnel. Parce que nos assistant(e)s aussi sont sur le pont, non-stop. Aujourd’hui, je dirais que les cabinets, en termes de nombre de patients, doivent travailler aux deux-tiers de leur activité normale. Mais pour ce faire, ils doivent effectuer un volume d’heures de travail bien plus élevé. Notre profession est vraiment sous tension. 

D’autant que l’épidémie a aussi eu une incidence sur le chiffre d’affaires des cabinets dentaires…

Dr Serge Fournier : La baisse générale du chiffre d’affaires des cabinets est une réalité, même s’il faut reconnaître que grâce aux négociations des syndicats, les caisses d’assurance-maladie ont apporté des aides. Tout comme la caisse de retraite des chirurgiens-dentistes qui, l’an dernier, a non seulement reporté le paiement de nos cotisations mais a aussi attribué une aide financière d’un montant de 4 500 euros à chaque praticien cotisant en exercice. Dans l’ensemble, en tenant compte des actions locales menées par les Ordres et les Unions Régionales des Professionnels de Santé, je tiens à dire que nous n’avons pas été abandonnés, même si dans un premier temps, c’est un sentiment qui a pu être ressenti par la profession. 

A propos d’URPS, quel est votre regard sur le résultat du scrutin qui s’est terminé mercredi dernier ?

Dr Serge Fournier : Je suis heureux du maintien du taux de participation élevé de notre profession à ces élections. Il n’a chuté que de deux points par rapport au scrutin de 2015 et dépasse toujours les 40%. 

Enfin, grande nouveauté, les chirurgiens-dentistes peuvent depuis la fin du mois de mars, pratiquer les vaccinations anti-covid. Comment cela va-t-il se dérouler concrètement ?

Dr Serge Fournier : Au préalable, je voudrais souligner que cette disposition n’est pas arrivée par hasard. Nous en avions fait la demande à plusieurs reprises au ministère en leur disant que nous étions à la disposition du pays. Aujourd’hui, le texte est très clair. Non seulement les chirurgiens-dentistes peuvent vacciner mais ils peuvent également prescrire la vaccination. 

Ces vaccinations s’effectueront-elles aussi dans leurs cabinets ou ne pourront-elles avoir lieu que dans des centres dédiés, en présence d’un médecin ?

Dr Serge Fournier : La vaccination des chirurgiens-dentistes dans le cadre d’un vaccinodrome est déjà actée. Nous attendons désormais un prochain décret d’application autorisant la vaccination au cabinet, ce qui nous permettrait de traiter aisément la patientèle que nous connaissons. Je pense que compte-tenu des récents propos du président de la République qui souhaite que l’on vaccine matin, midi et soir et que tout le monde s’y mette, ce décret ne devrait pas tarder à arriver. 

Crédit photo : Alexis Harnichar
Propos recueillis par François Petty


Contactez-nous

La Médicale propose des solutions d'assurances dédiées aux professionnels de la santé : Responsabilité Civile Professionnelle, Prévoyance, Multirisque Professionnelle mais aussi Santé, Auto, Habitation, Assurance Emprunteur... Quelle que soit votre activité, découvrez l'ensemble des offres de La Médicale pour vous couvrir aussi bien dans votre vie professionnelle que privée.

×

Notre politique de collecte de données

La Médicale et ses partenaires utilisent des cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à établir des statistiques de visites.
Les données seront conservées 13 mois à des fins de statistiques (mesure d'audience, d'analyse, et d'amélioration de l'expérience utilisateur).
Vous pouvez à tout moment donner ou retirer votre consentement à l'installation des cookies par finalité, dans les paramètres.

Charte de l'internaute

Tout accepter Tout refuser
×

Paramétrer les cookies

Un cookie est un fichier déposé sur votre navigateur, quand vous accédez à certains sites web.
Les cookies aide à reconnaître les préférences d'un internaute en se basant de sa précédente visite sur ce même site.

Un cookie ne contient pas et ne recueille pas d'informations, mais il est lu par le serveur du navigateur.
La lecture permet de garder en mémoire la navigation de l'internaute.
Voici le contenu général des cookies stockés dans la mémoire du navigateur :


  • le nom du serveur d'où le cookie a été envoyé ;
  • la durée de vie du cookie ;
  • une valeur unique permettant de différencier les sessions et qui permet de reconnaître un ID, quand il revient sur le site.

Charte de l'internaute

Cookies de fonctionnement (obligatoires)

Les cookies techniques de l'espace client garantissent le bon fonctionnement du site et permettent d'accéder aux espaces réservés et personnels, de mettre en œuvre les mesures de sécurité.

Durée de conservation : 13 mois

Liste des responsables : La Médicale, Celuga

Liste des destinataires : La Médicale

Cookies de mesure d'audience

AT Internet peut déposer des cookies permettant d'obtenir les statistiques de fréquentation du site (nombre de visites, pages les plus visitées, ...).

Durée de conservation : 13 mois

Liste des responsables : AT Internet

Liste des destinataires : La Médicale

Cookies des réseaux sociaux

Twitter, Facebook, Linkedin et Tumblr peuvent déposer des cookies qui retracent les interactions depuis l'espace client avec les modules sociaux (Twitter, Facebook, Linkedin et Tumblr).

Durée de conservation : 13 mois

Liste des responsables : Les réseaux sociaux

Liste des destinataires : Les réseaux sociaux